Comment la crise Covid a-t-elle fait évoluer la communication sur les enjeux de santé publique ?

Cela fait maintenant 2 ans qu'on ne parle que de santé. Ou presque. La crise COVID a occupé le devant de la scène des réseaux sociaux et des médias. À l'occasion de SANTEXPO, Guillaume Papin s'est entouré d'Arielle Schwab, Franck Chauvin, Henri Bergeron et Margaux de Frouville pour dresser un bilan. La crise a-t-elle fait évoluer la communication sur les enjeux de santé publique ?

Les intervenants

Illustration

Arielle SchwabDirectrice Générale adjointe de Havas Paris

Illustration

Franck ChauvinDirecteur du Haut Conseil de la santé publique

Illustration

Henri BergeronSociologue et enseignant-chercher à Sciences-Po

Illustration

Margaux de FrouvilleJournaliste chez BFM TV

Illustration

Guillaume PapinDirecteur de la communication et des affaires publiques de la FHF

Chacun, au prisme de ses fonctions professionnelles, a été marqué par le début de la crise. Margaux de Frouville ouvre la conférence en se souvenant de sa convocation au Ministère pour l'annonce des premiers cas sur le territoire français. Du jour au lendemain, la chaîne d'informations en continu a revu ses priorités sur la couverture antenne du sujet de la santé. L'information santé est passée en 7/7.
Franck Chauvin, lui, se rappelle de la réunion du Haut Conseil de Santé Publique : "Je n'ai pas dormi de la nuit. Nous venions de décider, à 10, de confiner 67 millions de personnes."
Ensemble, ils se rappellent d'une gigantesque "chaise musicale" à l'échelle du pays. Comme l'a souligné Arielle Schwab, "les soignants sont devenus des patients, les patients des aidants." L'urgence de la situation a contraint l'information à se plier une logique d'instantanéité encore plus pressante que d'ordinaire. Ce qui, deux ans plus tard, soulève 4 enjeux particulièrement discutés au cours de la conférence :

La transparence de l'information

Margaux de Frouville le rappelle : en temps normal, les citoyens exigent déjà d'être informés et de tout savoir. Les médias doivent se positionner vis à vis du droit d'être informés. Alors, en temps de crise, l'inquiétude grandissant, l'exigence d'information est proportionnelle. Pour Franck Chauvin, la crise a eu pour conséquence un déplacement du curseur entre information et croyance : "On veut tout savoir, mais on ne croit plus rien." L'omniprésence de l'information a jeté un flou sur beaucoup de sujets, les Français se sont appropriés les questionnements médiatiques et scientifiques pour en faire des opinions personnelles.

La régulation de la parole scientifique

Cela s'est particulièrement constaté au sujet des désaccords scientifiques - et c'est sans mentionner le sujet vaccinal. En effet, Franck Chauvin estime que les médias se sont saisis des désaccords scientifiques au nom du droit d'informer, au risque parfois de faire dériver cette information sur des conflits d'intérêt incarnés. Il invite donc à une meilleure régulation et médiatisation de la parole scientifique. Les informations doivent certes circuler, mais la surveillance de leur qualité est indispensable. Comme il le rappelle, "le consensus scientifique se construit sur la rivalité des arguments. Pas la rivalité des personnes."

Le déplacement des débats hors des sphères académiques

Henri Bergeron note également à ce titre que, la population s'étant véritablement saisie du débat, elle en a permis le déplacement hors des sphères académiques habituelles. Particulièrement observé sur Twitter, le réseau de l'instantané par excellence a ouvert un nouvel espace d'échanges, ne se limitant pas au partage d'informations factuelles en santé.

La culture de la santé publique en France

Un flou demeure entre santé curative et santé publique : Franck Chauvin rappelle que la France est "mauvaise élève" en culture de la santé publique, et que c'est un immense défi à relever. Là où Arielle Schwab indique que les Français ont une certaine fierté de notre système de santé, Franck Chauvin nuance ce propos en précisant que beaucoup confondent la santé publique et la santé curative. Comme il le rappelait également au forum Santé 2025 des Échos, 20% seulement de la santé d'une population repose sur le système de santé curatif, et 80% sur d'autres éléments.
En somme, on peut saluer l'intérêt grandissant pour les sujets de santé. Aussi, comme l'a indiqué Arielle Schwab à la fin de la conférence, la communication est un mode d'action ayant acquis un plus fort pouvoir performatif sur lequel la sphère scientifique peut compter. Sans se limiter à la santé curative, quelle sera la place de la santé dans les médias et sur les réseaux sociaux à l'avenir ?

Pour aller plus loin sur le sujet de la santé publique, découvrez la synthèse de la table ronde organisée par Les Echos, à laquelle nous avons participé : Comment investir dans une culture de la santé publique en France ?

29 novembre 2021